Le projet napolitain « Palazzo San Teodoro experience »

Le Palazzo San Teodoro est un palais de Naples construit au XIXe s. et classé « demeure d’époque« . Il sert aujourd’hui de centre de congrès, de réunions et de salle de concert.

Le palais en lui-même est assez peu connu du public et le projet « Palazzo San Teodoro experience » a pour but de s’appuyer sur les œuvres contenues dans le palais pour faire voyager les visiteurs dans le passé grâce à la réalité virtuelle.
La date choisie est le XVIIIe siècle pour se promener dans les rues et paysages de Naples, pour un voyage en cinq phases entre Histoire, Art, suggestion et imagination.

Le projet a suivi une philosophie de non invasion : unir l’Art et la technologie sans intervenir sur le monument lui-même, mais en laissant primer la force d’évocation du lieu.
L’outil utilisé est le casque Gear VR de Samsung, qui utilise donc un smartphone pour afficher les scènes (et donc avec certaines limites graphiques). Album photo officiel ici.

L’expérience commence le 28 décembre 2015 et le projet est soutenu par Tecno Srl et réalisé par la jeune entreprise napolitaine Apptripper Srl.

Site officiel

Article sur Archeomatica

_________________________________________________________________________

Il Palazzo San Teodoro è un palazzo napoletano costruito nel XIXmo secolo e dichiarato « residenza d’epoca« . Viene usato oggi come centro congressi e riunioni, e salla per concerti.

Il palazzo è una dimora storica non molto nota ai turisiti ed il progetto « Palazzo San Teodoro experience » valorizza le opere d’arti contenute del palazzo per far viaggiare i visitatori nel passato con l’uso della realtà virtuale.
La data scelta per passegiare per le strade e nei paesaggi napoletani è il ‘700 per un viaggio in cinque fasi tra Storia, Arte, immersione ed immaginazione.

Il progetto ha seguito una filosofia non invasiva: unire l’Arte e la tecnologia senza toccare al monumento stesso, ma esaltare la forza evocativa del luogo.
L’attrezzo usato è il casco Gear VR della Samsung, che usa quindi uno smartphone per visualizzare la realtà virtuale (e quindi con alcuni limiti grafici). Album foto ufficiale qui.

Il progetto comincia il 28 dicembre 2015, è sostenuto da Tecno Srl e realizzato grazie ad Apptripper Srl, una giovane società napoletana.

Sito ufficiale

Articolo sù Archeomatica

_________________________________________________________________________

The Palazzo San Teodoro is a napolitan palace built in the XIXth century e declared « residenza d’epoca« . It is nowadays used as a conference center and concert hall.

The palace is an historical place not very known to the turists, and the project « Palazzo San Teodoro experience » will try to show the works of Art in the palace as a begining to a journey in the past with virtual reality.
The century chosen for the experience is the XVIIIth century for a journey in five phases through napoletan landscapes and streets, between History, Art, immersion and imagination.

The project followed a non invasive philosophy: to unite Art and technology whithout altering the monument itself, but to let the evocative force of the place to serve as a link between the place and virtual reality.
The display tool used is Samsung’s Gear VR, which is using a smartphone to display virtual reality (so with some graphics limits). Offical foto album here.

The project will start on Dicember, 28, 2015, and is supported by Tecno Srl and was realised by a young napoletan company Apptripper Srl.

Offcial website

Visite virtuelle de musée : le musée de Bagdad

[français, italiano & english]

On a beaucoup parlé ces derniers mois des projets technologiques pour sauver Palmyre et d’autres sites importants en Syrie, j’ai moi-même écrit un article sur le sujet (ici).

J’ai donc eu envie d’aller voir des projets plus anciens qui sont nés dans le même genre de contexte, comme ceux pour le musée de Bagdad.

Le musée a officiellement réouvert ses portes en février 2015, et héberge désormais des objets du musée de Mosul. On peut d’ailleurs noter une phrase d’un responsable du Ministère du Tourisme et des Antiquités :

« The events in Mosul led us to speed up our work and we wanted to open it today as a response to what the gangs of Daesh did. ».

 

Le Musée d’Iraq possède dorénavant un site internet très complet en anglais avec plusieurs compléments technologiques intéressants :

– une galerie d’objets dit en 3D, mais qui sont en fait une succession de photos qui permettent de faire « tourner » l’objet selon un point de vue fixe (solution à bas coût qui fonctionne très bien, mais ne fournit pas de détails, ce sont toujours des photos fixes et n’ayant pas une très bonne définition) ;

– une visite virtuelle utilisant Google Street View, offerte par l’entreprise même, qui ne semble pas fonctionner… ;

– un musée virtuel offert par l’Italie en 2009, proposition très intéressante pour montrer un musée fermé et dont les collections étaient, et sont toujours en partie, éparpillées dans le monde, et en danger. Malheureusement cette proposition intéressante commence à montrer des signes du temps, puisqu’il utilise un plug-in qui n’existe plus et donc certaines fonctionnalités ne sont plus accessibles.

 

Quid de la manutention de ces sites, donc. Les projets partaient pourtant d’un élan bienveillant, exactement comme pour Palmyre. Souhaitons que ceux du musée de Bagdad soient repris, et que ceux de Palmyre ne suivent pas le même chemin…

________________________________________________________________________

Questi ultimi mesi abbiamo parlato molto di progetti tecnologici per salvare Palymra ed altri siti importanti in Siria. Ne ho pure parlato in un precedente articolo (qua).

Ho dunque avuto voglia di vedere i progetti più anziani che sono nati nello stesso contesto di conflitti, come quelli per il Museo di Bagdad.

Il museo ha ufficialmente riaperto a febbraio 2015, ed ospita ormai degli oggetti del Museo di Mosul. Possiamo pure notare una frese di un responsabile del Ministero del Turismo e delle Antichità :

« The events in Mosul led us to speed up our work and we wanted to open it today as a response to what the gangs of Daesh did. ».

 

Il Museo d’Iraq ha ormai un sito internet molto completo in inglese con vari complementi tecnologici interessanti :

– una galeria di oggetti detti in 3D, ma che alla fine sono una successione di foto che permettono di fare « girare » l’oggetto con un punto di vista fisso (soluzione a basso costo che funziona benissimo, ma non fornisce dettagli, sono sempre soltanto foto fisse con pocca risoluzione) ;

– una visita virtuale che usa Google Street View, offerta dall’impresa stessa, ma che sembra non funzionare… ;

– un museo virtuale offerto dall’Italia nel 2009, una proposta molto interessante per mostrare un museo chiuso e dal quale le collezioni erano, ed in parte sempre sono, sparpagliate nel mondo, ed in pericolo. Sfortunatamente questa proposta interessante comincia a mostrare segni del tempo che passa: usa un plug-in che non esiste più e dunque alcune funzionalità non sono più accessibili.

 

Quid della manutenzione di questi siti, quindi. I progetti sembravano partire con buone intenzioni, esattamente come quelli per Palmyra. Ci auguriamo che quelli del museo di Bagdad siano ripresi, e che quelli di Palmyra non seguirano lo stesso percorso…

__________________________________________________________________________

A lot has been said this last months about the technological projects to save Palmyra and other important cultural sites in Syria, and I’ve written an article on the subject on this very blog (here).

So I felt like looking onto other older projects that were born under the same kind of dire need, like those about the Bagdad museum.

The museum officially reopened in february 2015, and is now even sheltering artifacts from the Mosul museum. Besides, one can note a sentence said by the Iraqi Deputy Tourism and Antiquities Minister :

« The events in Mosul led us to speed up our work and we wanted to open it today as a response to what the gangs of Daesh did. ».

 

The Iraq Museum now owns a very complete website in english with various interesting technological add-ons :

– an artifacts gallery, announced in 3D, but in fact a succession of pictures that allows the user to make the object « turn » according to a fix point of view (which is a very effective low cost solution, but does not show a lot of details as they are only fixed pictures in low resolution) ;

– a virtual visit using Google Street View, offered by Google itself, but don’t seem to be working… ;

– a virtual museum offered by Italy in 2009, a very interesting proposition that would allow to show a selection of artifacts from a closed museum at the time, and of which the collections were, and still are, scattered around the world and endangered. Infortunately, this interesting proposition is starting to show the passing of times, and is using a plug-in that is no longer in use, so that some features are no more available.

 

So, what about the support of these websites ? The projects were started with a lot of good will and intentions though, as those for Palmyra. Let’s wish that those for the museum of Bagdad will be started again, and that those for Palmyra won’t follow the same path…

Visite de site : Vieux-la-Romaine

Le site de Vieux-la-Romaine, à 10min au Nord-Ouest de Caen est doté d’un musée, d’un parc abritant des vestiges archéologiques, d’une base du Service Régional d’Archéologie, de vestiges en cours de fouilles, et d’un site internet.

Vous pouvez découvrir le musée abritant des découvertes archéologiques de toute beauté grâce à la visite virtuelle (avec peut-être un déplacement un peu rapide…). Ne manquez pas de cliquer sur les petits « i » qui vous ouvriront une fenêtre contenant des informations sous forme de texte, photos et vidéos.

Le site se compose de la Maison au grand péristyle (7e icône en bas de l’image pour couper le son…), de la Maison à la cour en U et du  forum, énorme espace couvert en cours de fouille. Tous les trois sont visibles avec une visite virtuelle, soit grâce à des panoramas à 360°, soit par des hypothèses en 3D.

 

Les nouvelles technologies permettent donc de faire découvrir le site aux curieux, de préparer et d’enrichir la visite, ou encore un agréable rappel enrichissant pour ceux qui sont déjà venus.

On peut peut-être regretter les sons qui n’apportent pas toujours grand chose à la visite, la 3D qui manque un peu d’images par seconde et donc qui « rame », et pas d’aide pour les novices, mais ce serait vraiment pour aller chercher la petite bête de ce bel exemple de médiation enrichissante.

Visite d’exposition : « Le triomphe de la couleur, de Van Gogh à Matisse »

De plus en plus les expositions se dotent de « contenu supplémentaire » avec des applications téléchargeables pour smartphone, des minisites internet, des bornes interactives sur place, etc.

L’exposition « El triunfo del Color De Van Gogh a Matisse » de la Fundación MAPFRE (n°1 du marché de l’assurance espagnol) se dote de plusieurs atouts : un minisite avec des explications et les reproductions de plus d’une vingtaine de tableaux et une visite virtuelle de type Google Street View.

Cette dernière permet une visite tout confort de l’exposition sans bousculades pour repérer avant de se rendre sur place les tableaux que l’on souhaite examiner de plus près, relire les panneaux explicatifs ou écouter des commentaires audios, ou simplement se faire plaisir en déambulant virtuellement dans les salles.

Visites virtuelles de musées : La solution Google Street View

Plusieurs solutions peuvent s’offrir pour la visite virtuelle d’un musée. Le géant de l’internet a créé un « Google Cultural Institute » qui offre plusieurs façons de voir les collections de musées, de voir des expositions ou des opéras en live, de consulter des fonds d’archives, etc.

L’une des façons proposée pour visiter virtuellement un musée, est de le visiter avec Google Street View :

– pas de plugin ou logiciel à installer, il suffit d’avoir un navigateur plus ou moins à jour

– besoin d’une connexion internet

– déplacement plus ou moins aisé

– minicarte interactive pour se repérer sur le plan du musée avec plusieurs étages, dommage que le numéro des salles n’apparaisse pas

– certaines œuvres sont dans la banque de données et sont alors signalées par un petit carré noir et blanc qui permet d’obtenir la fiche du tableau avec une photo de meilleure qualité et quelques explications

– conditions in situ : certaines œuvres ont des reflets qui ne permettent pas de les observer aisément, certaines sont en prêt…

– certaines œuvres sont « floutées », sans doute des questions de droits d’image

– quelques petits « glitchs » entre les photos qui ont servies aux panoramas, notamment sur la lionne blessée de la frise assyrienne d’Assurbanipal de Ninive du British Museum…

– quelques petits bugs d’affichage

 

Peu de musées en France font partie du projet : Le Musée d’Orsay, le Musée du Quai Branly, Le Musée d’Art Classique de Mougins et le MuMa au Havre.

L’Italie compte plus de 30 musées (dont les Uffizi et la Centrale Montemartini), le Royaume-Uni une dizaine (dont la National Gallery en très mauvaise qualité et une bonne partie du British Museum), l’Allemagne en compte XX (dont l’Alte Nationalgalerie, l’Altes Museum, le Pergamonmuseum et la Gemäldegalerie), les Etats-Unis en comptent une quarantaine (dont le Met en très mauvais qualité également, le J.Paul Getty Museum et le Smithsonian American Art Museum).