Call for Papers – Social Simulation Conference, SSC 2016, 19-23 octobre 2016

La Social Simulation Conference, SSC 2016, se tiendra à Roma du 19 au 23 septembre 2016.

Le SSC2016 sera qui sera la 6e édition d’une assemblée jointe de l’ESSA, le PAAA et le CSSSA, qui comptent parmi les trois sociétés scientifiques pour la Social Simulation, Social Systems Science and Computational Social Science.

  • ESSA (European Social Simulation Association), représente l’Europe;
  • PAAA (Pacific-Asian Association for Agent-based Approach in Social Systems Sciences), représenté l’Asie et l’Océanie;
  • CSSSA (Computational Social Science Society of America), représente tout le continent américain

Les contributions suivantes sont acceptées :

  • Full papers – 10 à 12 pages, présentations détaillées de théorie, méthodologie et/ou résultats de simulations.
  • Extended abstracts – 3 à 4 pages, présentant des recherches en cours avec assez de détails et d’informations assurant la possibilité d’une évaluation et d’une discussion
  • Posters – taille A1 (tailles plus petites sont acceptées), présentant des recherches en cours. Un résumé écrit court (1-2 pages) devra être soumis avant la date limite d’appel à contribution.
  • Projet de doctorants – 3 à 4 pages, présentant des idées de recherche (i.e. un puzzle, un raisonnement pour l’utilisation de modèles de simulation sociale, de méthodologie et de résultats escomptés), qui seront discutés durant une session spéciale dédiée à la présentation de travaux de doctorants.

Toutes les soumissions doivent suivre le format Springer LNAI.

Toutes les soumissions seront notées par deux chercheurs experts indépendants.

Les meilleurs Full Papers seront présentés lors des sessions plénières. Tous les autres Full Paper ainsi que les résumés longs seront présentés dans des sessions parallèles.

Les résumés longs ou les Full Papers avec l’étiquette ESSA@work devront également remplir ce formulaire. Pour plus de détails veuillez lire attentivement ESSA@work.

Site internet ici

_____________________________________________________________________

The SOCIAL SIMULATION CONFERENCE, SSC 2016, the 6th joint meeting of ESSA, PAAA, and CSSSA, will be held in Rome, September 19-23, 2016.

SSC2016 will be the 6th joint meeting (previously known as WCSS) of the three main scientific societies for Social Simulation, Social Systems Science and Computational Social Science:

  • ESSA (European Social Simulation Association), representing Europe;
  • PAAA (Pacific-Asian Association for Agent-based Approach in Social Systems Sciences), representing Asia and Oceania;
  • CSSSA (Computational Social Science Society of America), representing the Americas

The following types of contributions are accepted:

  • Full papers – 10 to 12 pages, detailed presentation of theory, methodology and/or simulation results.
  • Extended abstracts – 3 to 4 pages, presenting research in progress with enough detail to ensure proper evaluation and discussion.
  • Posters – size A1 (smaller sizes are acceptable), presenting work in progress. An abstract (1-2 pages) should be submitted before contributions deadline.
  • PhD Student projects – 3 to 4 pages, which present research ideas (i.e., a puzzle, a rationale for using social simulation models, methodology and expected results), to be discussed during the a PhD Colloquium to be held on a dedicated session, involving a group of PhD students and senior researchers.

All the submissions must be in the Springer LNAI format .
All the submissions will be reviewed by at least two independent experts.

The best full papers will be selected to be presented in plenary sessions. Other full papers and all the extended abstracts will be presented in parallel sessions.

Extended abstracts (or full papers) flagged for ESSA@work must also fill this form. For more detail please read ESSA@work carefully.

Website here

 

 

“The Next Rembrandt”, un nouveau Rembrandt imprimé en 3D

Un nouveau Rembrandt a été créé grâce à une collaboration entre 18 chercheurs : historiens d’Art, analystes et développeurs, afin d’étudier le lien possible entre science, données et Art. Le projet a réuni le Musée Rembrandt d’Amsterdam, le Musée Mauritshuis de La Haye, Microsoft et l’Institut de Technologie de Delft.

Plus de 300 tableaux du maître hollandais ont été scannés en 3D à très haute résolution puis étudiés par les chercheurs et un algorithme a été développé pour les analyser et en extraire un maximum d’informations.

Une fois différentes données extraites (grandes tendances du peintre, position des visages dans les portraits, etc.), les scientifiques ont élaboré un autre algorithme permettant de mettre en évidence les différences d’épaisseur des touches de peinture selon les zones du tableau, à la manière d’une analyse topographique des altitudes dans un paysage.

Après avoir fini les analyses, les scientifiques ont ensuite imprimé en 3D un “tableau-type” formé de 13 couches d’encre spéciale pour pouvoir obtenir le relief rendu par la peinture et la touche du maître.

Le résultat très impressionnant est une toile de 148 millions de pixels basé sur 168,263 fragments de Rembrandt originaux, qui pourrait tromper facilement un visiteur dans un musée qui prendrait cette “toile technologique” pour un original de Rembrandt.

Vidéo de démonstration ici

Site web du projet ici

Article en français ici, article en italien ici et article en anglais ici

_____________________________________________________________________

A new Rembrandt has been created thanks to a collaboration between 18 scientists: Art historians, data scientists and developpers, to study the possible link between science, data and Art. The project has involved various organisations including Microsoft, Delft University of Technology, the Mauritshuis in The Hague and the Rembrandt House Museum in Amsterdam.

More than 300 paintings of the Dutch painter has been 3D scanned at a very high resolution and then studied by the researchers. An algorithm has been then developped to analyse them and extract as many informations as it could.

Once the data extracted (major tendancies of the painter, positions of the faces in the portraits, etc.), the scientists elaborated another algorithm allowing to highlight the differences between the painting strokes depending on the various zones of the painting, as it would be done in a topographical analysis of the various heights in a landscape.

Once the analysis made, the scientists then 3D printed a “standard-painting” with 13 layers of a peculiar ink in order to obtain the three dimensions of the paint and Rembrandt’s individual way of painting.

The very impressive result is a painting formed of 148 millions pixels based on 168,263 Rembrandt painting fragments, that could easily cheat the majority of visitors in a museum that could take this “technological painting” as a true Rembrandt.

Demo video here

Website of the project here

Article in english here, article in french here, article in italian here